Introduction au networking

Dans cet article, je vous raconte mon année 2017 et je vous explique ce qu’est le networking.

Le networking, comment j’en suis arrivé là

Formation CAAP et WP Smoothie

En 2016 j’ai suivi une formation pour freelances, proposée par Freelance Boost (Jonathan Path et Uriel Megnassan). C’était l’occasion pour moi de faire un point sur mon activité, lancée en 2009.

Cette formation m’a permis notamment de réaliser que mon plus grand défi en tant qu’entrepreneur était d’élargir mon réseau.

De ce que je me souviens, j’étais seul. Je considérais beaucoup de mes collègues comme des concurrents. Je travaillais essentiellement de mon bureau, sans réelles opportunités de rencontrer de nouvelles personnes. Surtout, j’avais (j’ai toujours) un certain blocage pour aller vers des personnes que je ne connais pas.

Cette formation m’a poussé également à segmenter mon activité. J’ai aujourd’hui deux offres de services, Mon entreprise sur le Net et WP Smoothie, qui s’adressent à un public différent.

Segmenter mes prestations m’a poussé à recueillir des avis avant de me lancer. En janvier 2017, j’ai contacté mes collègues pour recueillir leurs avis sur ma deuxième offre de services.

J’ai profité de cette occasion pour approfondir ma connaissance des compétences des uns et des autres, afin de pouvoir leur apporter des recommandations ciblées.

En effet, la plupart des indépendants reçoivent des demandes qu’ils ne peuvent pas traiter. Au lieu de les envoyer à la poubelle, pourquoi ne pas en faire profiter un membre de son réseau ?

LinkedIn

La fin d’année 2016 a été mouvementée au pays des réseaux sociaux. LinkedIn a été racheté par Microsoft, et Viadeo par le Figaro. Suite à ces nouvelles, j’ai rapidement pris la décision d’investir du temps sur LinkedIn, et de complètement abandonner Viadeo (en passe de devenir un simple Job Board).

J’ai épluché mes carnets d’adresses, mes listes d’anciens élèves, mes contacts sur les réseaux sociaux, et j’ai ajouté toutes les personnes dont j’étais capable de me souvenir. De janvier à avril, je suis passé de 150 à 500 connections sur LinkedIn.

Peut-être l’ignorez-vous, mais LinkedIn est bien plus qu’un endroit où stocker son CV. C’est un réseau social professionnel, qui permet non seulement de gérer sa carrière donc, mais aussi de garder le contact, et de réseauter. Et ça, il n’est jamais trop tard pour le faire.

J’ai entrepris un travail de fond afin d’optimiser mon profil Linkedin. Pour cela j’ai suivi quelques influenceurs en “social selling” (vente sociale) et ai déniché de nombreux conseils.

WordPress dans la vraie vie …

S’ouvrir aux autres sur Internet ne suffit pas. Alors je suis aller chercher des rencontres “réelles”, dans la mesure de mes capacités.

Tout d’abord, j’ai rejoins le meetup WordPress Paris. Je travaille exclusivement sous WordPress, j’aime énormément cet outil.

Aux meetups, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes vraiment chouettes, de poser des questions, de partager des conseils. Le tout dans une ambiance très conviviale.

Et en juin 2017, le WordCamp Europe m’a permis de rencontrer une grande partie des personnes qui participent à la communauté WordPress en France : ceux qui gèrent une agence, ceux qui sont spécialistes dans un domaine (SEO, sécurité …), ceux qui ont écrit un livre, lancé une formation … J’ai été agréablement surpris de remarquer combien la plupart restaient humbles !

Cette conférence de trois jours au WordCamp Europe, c’était vraiment fort ! J’ai vécu une rencontre WordPress à Paris, en langue anglaise. Je me suis senti partager une passion avec des personnes provenant de partout en Europe !

Du Mastermind à OptimRezo

Durant l’été, j’ai eu l’occasion de mieux faire connaissance avec un blogueur que j’apprécie beaucoup, Ling-en (Solopreneur). Au mois de septembre, je suis entré dans son Mastermind.

Le Mastermind est un groupe de cinq freelances qui se réunit deux fois par mois. A chaque réunion, nous partageons nos réussites, nos difficultés, et nous nous fixons un nouvel objectif à atteindre pour la réunion d’après.

C’est un lieu qui nous pousse à nous donner des objectifs et à les tenir. Et c’est également un lieu qui nous permet d’exposer un problème et d’être aidé / conseillé par d’autres freelances, de par leurs retours.

Ling-en m’a également invité à une réunion OptimRezo, réseau d’affaires dont je fais partie depuis novembre. Le réseau d’affaires est un lieu sans concurrence de métiers, qui privilégie l’entraide et la recommandation. C’est un lieu où l’on fait chaque mois de nouvelles rencontres professionnelles.

Là aussi, nous nous réunissons deux fois par mois : une fois avec des invités (nouvelles rencontres professionnelles) et une fois entre membres (travailler ensemble, nous entraider, apprendre à mieux nous recommander …).

Je ne le cache pas, ces deux groupes, le Mastermind et le réseau d’affaires, représentent un coût financier important pour moi. Mais est-il possible de monter un business sain en restant tout seul, sans faire de nouvelles rencontres professionnelles ? J’ai fais le pari que ces investissements seront rentables à court ou moyen terme. Rendez-vous dans un an pour le bilan !

LinkedIn again

Après avoir ajouté toutes les personnes que je connaissais, j’ai entrepris d’utiliser LinkedIn pour travailler mon branding auprès des professionnels du web. En effet, mon offre de sécurité WordPress s’adresse essentiellement aux professionnels utilisant WordPress. En cherchant à entrer en contact avec eux, j’ai plus que doublé mon nombre de relations.

Puis j’ai rédigé des publications, afin de les sensibiliser sur ma deuxième thématique, la sécurité WordPress. J’ai entrepris de leur donner gratuitement de la valeur. Cela ne m’a pas apporté de business pour le moment, mais mes quinze premières publications ont récolté plus de 7000 vues. Plutôt pas mal, pour un gars qui avait 150 contacts en début d’année.

Voilà un peu pour mon bilan 2017. En résumé, il y a un an, j’étais seul dans mon coin. Aujourd’hui, je fais ce que l’on appelle du networking.

Le networking, qu’est-ce que c’est ?

Théorie de Karinthy

Nous sommes tous connectés, dans une certaine mesure, avec tout le monde. La théorie de Karinthy montre qu’avec seulement six degrés de séparation, il est possible de lier une personne avec n’importe qui. Vous pourriez être mis en relation avec Barrack Obama, ou avec votre chanteur préféré. Le tout est de savoir qui pourrait vous mettre en relation.

La force des réseaux sociaux, qui nous montrent notamment nos “amis en commun”, c’est qu’ils ont tendance à rendre ce chiffre plus petit. En effet, nous nous connectons facilement avec certaines personnes sur les réseaux sociaux, et nous “rapprochons” du même coup de nouvelles personnes que nous ne connaissons pas encore.

Si vous utilisez fréquemment les réseaux sociaux, vous êtes peut-être à seulement quatre ou cinq degrés de séparation des personnes les plus improbables que vous connaissez.

Petite illustration avec le site Oracle of Bacon, qui relie entre elles des personnalités à partir des films dans lesquels elles ont participé. Par exemple, Rihanna et Beyonce ont toutes les deux joué avec Clive Owen. Et la chanteuse Zazie est à quatre relations seulement de Barrack Obama et Donald Trump, et trois seulement de Bruce Willis et Vin Diesel. En comptant les relations “cinématographiques”. Bluffant, non ?

Séquence RDDR

Le networking, ou réseautage, a pour objectif de se créer de nouvelles relations professionnelles. Et non de nouvelles ventes, même si c’est un bénéfice possible (via la recommandation).

Les professionnels du social selling sur LinkedIn (Antoine David, par exemple) ont tendance à dire que pour créer une relation avec quelqu’un, il faut trois échanges. Ajouter une personne ne suffit pas, lui dire bonjour non plus.

La séquence RDDR est un process visant à entrer dans une attitude de réseautage. C’est un acronyme qui se traduit en quatre verbes :

  • Remercier
  • Donner
  • Demander
  • Recevoir

Analysons un peu cette séquence.

La première clé pour une relation réussie est de se trouver dans la gratitude, dans la reconnaissance. Il n’y a rien de plus attirant qu’une personne souriante et chaleureuse. A contrario, si vous pleurnichez ou vous plaignez tout le temps au sein de vos échanges, vous ne donnerez guère envie d’en apprendre plus sur vous.

La deuxième clé est de donner. En effet, il faut accepter de donner avant de recevoir. Donner sans arrière-pensée, c’est un état d’esprit qui est valable en amour, en famille, et professionnellement. Donner de la valeur à des professionnels, c’est leur montrer qu’on est capable de se soucier de leurs problématiques, que nous ne sommes pas là que pour du business.

Prendre soin des autres, c’est créer des relations authentiques. On dit parfois qu’un commercial se repère à des kilomètres. Si votre état d’esprit n’est pas en phase avec la notion de réseau et d’entraide, alors vous y trouverez difficilement votre compte.

Le troisième verbe de la séquence RDDR est Demander. Cela me renvoie à mes jeunes années. Mes petites soeurs obtenaient beaucoup de choses de mes parents, moi non, et j’étais le seul fautif car je ne savais pas exprimer mes besoins, je ne savais pas demander. Cela peut paraître bête, mais qui ne demande rien n’a rien.

J’ai encore besoin d’apprendre à demander. Mais en attendant d’avoir plus de vécu, une remarque assez évidente est qu’il faut savoir demander avec mesure. On ne demande pas un grand service à quelqu’un qu’on ne connaît à peine. La confiance, l’amitié professionnelle, ça se construit petit à petit.

Enfin, le dernier verbe est Recevoir. Si je sème et que je laboure, en principe je devrais recevoir des fruits. Si j’ai la bonne attitude et que je sais demander, en toute logique je devrais recevoir également.

Un collègue que je recommande aux personnes que je rencontre sera bien plus susceptible de me recommander à son tour quand il en aura l’occasion. Cette personne se sentira reconnaissante (ou redevable) envers moi, et aura envie de me le montrer. Le réseau, c’est donnant – donnant.

En conclusion

Le networking, ça s’apprend. Ça va bien au delà des réseaux sociaux. Ça peut nécessiter de se faire violence. Ce n’est pas un produit miracle, ça ne génère pas de fruits immédiats (les fruits immédiats, ça n’existe pas). Et ça peut par moment être chronophage. Mais c’est avant tout un état d’esprit, qui consiste à exister non seulement pour soi (Personal Branding), mais surtout pour les autres. Et cela devrait être naturel.

Un business consiste à aider une typologie de clients dans un domaine, à répondre à leurs problématiques. Entrer en relation avec de nouvelles personnes permet une remise en question, de nouveaux échanges, de nouvelles idées, de nouvelles opportunités. Cela peut nous éviter de tourner en rond.

Après de nombreuses années à travailler dans mon coin, je pense aujourd’hui que le networking est vital pour l’entrepreneur.

J’espère que cet article vous a plu. J’en écrirai peut-être d’autres sur cette thématique. En attendant, n’hésitez pas à m’ajouter sur LinkedIn si vous souhaitez discuter avec moi.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.